Ivresse sur Seine

Je rebouche sans cesse  Dans mes nuits noires,  Les trous de ma mémoire. Ceux que je creuse au fond des bars  Dans l’ivresse des grands soirs. Hier encore  Titubaient nos corps  Crachant sur la Seine Une soupe populaire À l’eau trouble des larmes. Du sel pour nos âmes  Noyées aux rancœurs  Des amours trop courts….

La chaleur d’une femme

Dans la nuit fauve Sa chair se lie  Rêve sans prise, Aux verres emprise • Le jour se lève  Chaleur s’évade  Dévoile l’absence Pressant silence • Aux larmes découle Une peine…ruisselle, Coule Rimmel • Pleure solitude Dans l’ivresse, tristesse Une vie s’écoule…

La caresse de l’ivresse

Il est tard, elle est assise seule et sirote un mojito. Elle observe la salle à la recherche d’un « alcoolyte ». Je tombe bien, c’est mon énième verre. Je m’approche d’elle et d’une belle ébriété. Elle me sourit. A cette heure, on appelle ça le feeling… le français est trop pauvre en mots valises, l’anglais s’avère…

Le manque d’ivresse…

Ce matin je me réveille en crise! Un sale coup, un coup du sort tu imagines. Vêtu comme la veille, pour raison éthylique redondante, je pars noyer l’excuse dans le rade d’en face. J’oublie, je prends un verre, jusqu’au un de trop, dans le bistrot. Ainsi s’achève la tragédie d’une ballade se jouant dans l’ivresse…

La mondaine …🍷🍷🍷

Le bon goût… Un certain raffinement… un carmin délicat du bord des lèvres au bout des ongles .. des pantoufles de vair … Une fragrance, de l’élégance…une grande intelligence en résidence hausmannienne… Un culte du beau, du bon, du fin mais aussi du vin… Celle d’essences rares…millésimées. Addiction à la culture du verre de rouge et de…

La nuit j’ai froid..❄️

La nuit j’ai froid depuis toujours je me blottis tout contre toi Regard complice sous la couette Tu me réchauffes et puis tu dors… Ta voix ronronne et je ronchonne Jouant des coudes et du pince nez Des larmes coulent sur l’oreiller… Oh mon amour tu me comprends! Oh mon amour je t’aime tant! La…

Women

Titre :Women Auteur : Charles Bukowski

Une nuit en Champagne..

Minuit le dernier bouchon saute Nouvelle coupe sur tes vêtements… Ton corps en jaillit… J’entre dans ta bulle, fiévreux  Devant tes courbes enivrantes  Mes yeux guillerets pétillent… Pendu à tes lèvres, Je bois tes paroles… Dans l’ivresse des sentiments  Mes pas titubent,  Mes mots balbutient… Les verres tintent  Au son de la flûte,  Belle nuit…