Le temps assassine

« Aujourd’hui je voulais te ressentir.

Alors, seule, j’ai baissé le rideau de mes paupières et dans le noir de mes idées j’ai laissé une encre saline peindre sur mes joues la douleur sombre de tes silences. Dans cette chambre, froide … ton absence me met le coeur en boite…mortelle tristesse d’un amour qui s’envole loin des papillons d’hier. Oui, je le sais à présent, le temps assassine. Je t’aimais tant mon ange… »

X.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s