Frisson aux portes de l’hiver

En ce jour de grand froid, sous l’heure bleue du ciel sonne la fin de l’automne.

Le soleil généreux a longé lentement l’horizon. Il nous a offert son dernier souffle avant de plonger dans l’autre monde et de laisser nos ombres nous recouvrir.

En souriant, elle me glisse :

« la nuit adoucit les mœurs. »

Hier, lors de notre rencontre nous nous sommes chamaillés. Pour un début c’était un semblant de fin, mais l’envie nous a offert une seconde chance. Alors, cette nuit, étendus, je lui réponds sous une caresse :

« Oui, elle endort la colère d’hier, pour réveiller le velours d’un amour! »

Un frisson d’innocence parcourt sa peau nacrée, maîtresse pour la première fois en dehors de ses émotions, l’ingénue, découverte, s’aventure dans le royaume des amants en vers de corps nue loin des foules sentimentales croquants les vitrines endimanchés et réchauffés aux infusions vigneronnes…chuttt! 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s