Une femme aimée

Grande, élégante,

Chaque soir, 

Quand le jour s’efface

Sous mon regard tu passes…

Belle femme

Au parfum de liberté.

Sur ton visage se devine

La finesse et l’audace.

Tu élèves la classe

Au rang de grâce. 

Un corps sublime,

Une forme d’abîme!

Désir des profondeurs,

Décoche mon cøeur.

Vertige de l’envie 

Quand tu t’éloignes…

Mes lèvres tremblent.

Du silence des mots

Brillent les yeux.

Langage ému 

De l’amour en fuite

Qui me noie 

Dans la tristesse 

D’une nuit

Rêvant de tøi!

À demain mon amour…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s