Aux heures absente

Ton absence est si présente que je reconnais désormais ton silence. Il trotte dans ma tête seconde après seconde. A midi, douze coups. Ça frappe aux portes de l’âme et du corps. Des bleus qui sonnent le blues … Ça fait dingue ! Dingue ! Dingue … Ça fait mal, très mal! Je n’ai plus faim, envie de rien. Au revøir tes mains, au revøir au moins. … Mais non rien! Le bonheur enseveli, la peine a creusé un trou, un vide, je tombe aussi. Je n’attends pas une épitaphe à cette relation mais un mot, un seul au moins …

« Putain ! Voilà je jure. Merde à la fin! A quoi tu joues? Dis quelque chose! »

Une larme coule sur les chrysanthèmes une autre sur le marbre, j’attends un dernier signe de tøi, il ne viendra pas, tu ne reviendras plus…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s