Lettre à l’absente

Mon amøur , 

Je pense à cette lettre depuis ton départ.

Cette nuit là, mon sommeil, comme tøi, s’était fait la malle. Enfin, il t’avait suivi le vilain. A présent, lorsque je parviens après le comptage d’un énième mouton à m’endormir, ton image revient me hanter. Alors en sueur dans le grand lit, je larmoie, je couine, je chiale en attendant la sonnerie du réveil. Quant au jour, n’en parlons pas, je cohabite avec mon ombre. Mon corps est à côté de ses pompes, la tête ailleurs … vers tøi! Mais tøi, tu t’en fous, loin de moi, loin de tout. La joie je l’avais pourtant trouvée! Oui, trouvée dans le brillant de tes yeux ; l’expression avoir le bonheur en face prenait alors tout son sens. Ton regard me l’avait offert jusqu’à ton envol. Tout ça pour te dire que tu me manques mon amour. Pas une seconde ne s’échappe sans penser à toi, je t’en prie, redonne-moi une chance, je deviens dingue sans tøi, reviens-moi!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s