La promesse de l’eau

Le cøeur flétri, je suis remonté à la source de ma tristesse, une joie tarie par ton absence. Alørs j’ai bu une eau de vie en abondance car j’ai cru bon de noyer ce vague chagrin submergé que j’étais par la soif de tøi. Mal m’en prit, je suis tombé, tombé dans les vap’ d’une cascade éthylique et après…le grand bleu! Non pas le film!

A présent disparue, tøi mon oasis de douceur perdue, tu me condamnais au puit sans fond de ton ignorance. Je me souviens, tes attentions irriguaient les graines d’une passion d’où germait un semblant d’amour né au fil de l’eau. Aujourd’hui, j’erre dans le désert de tes mots. Le temps a tout enseveli …ma verve et mes rires, mes rêves et désirs! Asséchée aussi ta promesse d’un océan de bonheur. Løin de ma côte érodée par mes pleurs, tu t’es évaporée comme les larmes sur mon regard embué. Ainsi s’écrivent les maux d’un cøeur blessé dans le brouillard…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s