La crue

Il pleut, l’eau se meut, serpente, mue. Elle s’invite puis s’héberge à fleur de la digue, la caresse. Elle prend le large comme pour rompre avec le court de la monotonie. Elle boit plus que de raison, elle a la tête dans les nuages. Alors elle croît, puis sous cette pluie continue, une crue, aussi soudaine que violente! Elle s’étend de tout son long, oh loing, hors du lit du fleuve tranquille déposant son limon fertile sur les champs et dans les villes où elle prend les habitants par la taille. Surprise centennale, le Loiret se souviendra, reprends à présent ton chemin tout tracé et ta vie paisible…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s